Les deux menhirs de Teurthéville-Hague ne sont plus visibles car dans une propriété privée. La tradition locale les appelle Toc et Toquillon. Les 2 photos datent d'une vingtaine d'années. Le second porte maintenant une plaque commémorative qui date de la Seconde Guerre Mondiale. Voici ce qu'en dit Pierre Lefillastre

 

teurthevi1

 

 

 

 Il existe à Teurthéville-Hague deux pierres butées énormes : elles sont situées dans la vallée de Niret, proche une petite rivière, au milieu d'un bois pour M. Dumoncel et tout près de ses usines, au couchant de l'église de Teurthéville et à environ une petite demi-lieue de cette église. Elles m'ont paru être de quartz grenu, comme les roches voisines.

 

Elles m'ont été indiquées par M. de Gerville, qui ne les avait pas décrites en 1824. M. de Caumont, il y a quatre à cinq ans, les a dessinées, et les dessins en sont entre les mains de M. de Gerville. Elles se nomment les pierres tournantes, parce que la tradition porte qu'elles tournent d'elles-mêmes au moment de la messe de minuit.

 

teurthevi2

La première de ces pierres a 9 pieds de hauteur et à peu près 4 d'épaisseur. Sa figure est celle d'une pyramide carrée, tronquée obliquement. La seconde est éloignée de la précédente d'environ 24 mètres; elle est encore beaucoup plus massive. Sa hauteur est de deux pieds; son épaisseur, dans un sens, de 5 pieds 1/2, et dans l'autre, seulement de 4. Elle a la figure d'un parallélipipède rectangle , placé verticalement sur sa face la plus étroite. Ces pierres paraissent enterrées peu avant en terre.

 

  in Description des Monuments Druidiques, Lefillastre 1833

Retour à l'accueil