Les liens entre le grand-père de Maupassant et le manoir de Gonneville, entre évocations sataniques et malédiction. (Attention, à ne pas confondre avec le château de Gonneville qui n'a rien à voir!)
 

Dans une intéressante étude récente sur "les ancêtres maternels de Guy de Maupassant : Les Le Poittevin", Rémy Villand écrit que Paul Le Poittevin, grand-père de Guy de Maupassant, croyait aux apparitions sataniques et rapporte des faits troublants.

Il existait près de Valognes (M), un manoir du XVIème siècle, le manoir de Gonneville, dont une chambre était, parait-il, hantée, et dans laquelle personne n’osait habiter. Le courageux fils d’un ancien meunier du pays, Paul Le Poittevin, né à Bricquebec (M) en 1778, s’adonnant aux sciences occultes, demanda à coucher dans cette chambre. Vers minuit, un bouc noir lui apparut et lui dit : " Tant que toi et tes descendants conserverez ce domaine, la chance persistera pour vous. "

Croyant ferme à cette prédiction, Paul Le Poittevin travailla d’arrache-pied et dès qu’il en eût les moyens, en 1829, il fit l’acquisition du vieux manoir de Gonneville. Ses affaires prospérèrent en effet puisqu’il dirigea deux filatures à Rouen et à Saint-Léger-du-Bourg-Denis près de Darnetal (S-M).

Une des filles de Paul Le Poittevin, Laure, épousa en 1843, Gustave de Maupassant dont naquit, en 1850, Guy le futur romancier.

Longtemps auparavant, en 1821, Paul Le Poittevin avait été, à Rouen, le parrain d’un bébé qui allait devenir lui aussi un romancier : Gustave Flaubert.

Les croyances magiques de Paul Le Poittevin frappèrent-elles sérieusement l’imagination de son filleul Gustave Flaubert ? Impressionnèrent-elles également son petit-fils Guy ? Eurent-elle une influence sur l’oeuvre, et même sur la vie, des deux écrivains ? C’est possible.

En ce qui concerne Maupassant, il faut signaler une coïncidence bizarre. Le 26 octobre 1860, le manoir de Gonneville - dont la mère de Guy était co-propriétaire - fut vendu à un pharmacien de Bricquebec (M). Maupassant avait alors dix ans et il semble que ses premières hantises remontent à cette époque. Qui sait si ce n’est pas sur le jeune Guy que retomba le mauvais sort prédit par le bouc noir à son grand-père Le Poittevin si l’on abandonnait le manoir ?

 

in René Letenneur, Magie, Sorcellerie et Fantastique en Normandie, Editions Ocep 1979

Retour à l'accueil