Il reste encore des vestiges de l’ancienne Alauna tout près de l’actuelle Valognes. Quelques murs et les traces d’un ancien établissement de bains de l’époque romaine :


balneum

Alleaume, ancienne ville de Logne. Cassini y indique, au S. E., les vestiges d’un cirque romain ; ce qui a fait penser à Dunod qu’il appartenait à la ville d’Alauna, Allonia ou Lonia dont les ruines prouvent assez que le proconsul ou premier magistrat romain y devait faire sa résidence.

 

Les fouilles que M. Foucault, intendant à Caen , y fit en 1695, découvrirent d’anciens bains ou étuves, qui durent avoir 270 pieds romains de longueur et à peu près 135 de largeur. On y voyait un bassin circulaire, profond de 2 p. et large de 30, fait d’une espèce de mastic rouge, qui s’était conservé entier et uni comme une glace. Ce bassin avait 4 gueules de fourneaux de brique, de 3 pieds d’ouverture. Le long d’un mur dont une partie existe encore, on trouva 13 petits fourneaux carrés, égaux en hauteur, mais inégaux en diamètre , rangés parallèlement l’un près de l’autre et se communiquant par le bas au moyen d’un petit conduit : le tout en terre rouge bien conservée. Près de là était un bel aqueduc de grandes pierres fort unies, dans lequel il existait encore un cours d’eau, qui sortait de terre à cent toises au-dessous, et assez près d’un lieu où M. Foucault découvrit, à force de travail, un amphithéâtre qui avait 5 galeries, dont 3 entières ainsi que le mur de traverse qui séparait l’amphithéâtre de l’arène. On trouva aussi 3 loges ou cachots, pratiqués par dessous, pour enfermer les bêtes destinées aux spectacles.

 

Plus de 10000 personnes pouvaient être assises dans l’enceinte de ce théâtre, qui contenait plus que le demi-cercle, forme ordinaire de tous les autres. Son diamètre avait 204 p. , et la corde qui le terminait seulement 92. L’orchestre , qui était la place de distinction des personnes titrées, s’étendait encore au-delà de l’enceinte du théâtre ; son diamètre était de j5 p., et la corde qui le terminait de 57 p. Le postscenium avait 57 p. de long sur environ 12 de large. Quant à la scène et aux appartements des étrangers, qui étaient sur le devant, leur état de ruine ne permit pas d’en lever le plan.

Plus loin se trouvait un grand bain, dont il restait alors des murailles hautes et fort belles. Tous ces édifices étaient si solidement bâtis, qu’on en brisait plus facilement les pierres que le ciment.

Dans ces fouilles , on trouva plusieurs médailles d’or, d’argent et de bronze du haut-empire, ce qui fit juger que cette ville fut ruinée après Sévère et dans le 3e siècle (a). Peu à peu ces ruines ont péri, et il n’en reste aujourd’hui que peu de fragments.

 

(a) Extrait presque textuellement des Nouvelles Recherches sur la France 1766, tome 2

 

in E. Lebois Annuaire du Département de la Manche 1833

Retour à l'accueil