Un des deux menhirs de Saint Pierre-Eglise.

hautepierre.jpg

Il existe dans cette commune deux pierres butées que j’ai visitées, le 18 juin 1828. La première qui est inédite, me fut indiquée, ainsi que celle de Cosqueville, par un ouvrier. Elle est située à un fort quart de lieue au N. du bourg de Saint-Pierre-Eglise, proche un ruisseau ; et dans une pièce de terre dépendant et voisine de la ferme de Mémont, pour M. le baron d’Anneville. Elle se nomme la haute-pierre, et la pièce a le même nom. Elle est peu éloignée de l’autre e des roches dites La Chambre-aux-Fées.

Elle a 8 pieds 1/2 de haut. Sa largeur moyenne est d’environ 5 pieds 1/2, et son épaisseur au bas est d’à peu près 2 pieds 1/2. Sur sa base, qui est quadrilatère, s’élèvent 4 faces plus ou moins régulières et planes, qui lui donnent une figure qui approche de celle d’un large coin placé sur sa tête.

On voit, vers son sommet et dans sa face E., 2 rainures parallèles, verticales et ayant à peu près 3 pieds de long et quelques pouces de profondeur dans leurs parties supérieures. Ces rainures dépassent le sommet où elles sont plus prononcées, descendent dans la face opposée où elles sont moins longues et moins profondes ; elles diminuent de profondeur par le bas dans chaque face, sont bien terminées, et incontestablement de main d’homme. J’ai trouvé 3 pierres butées portant de semblables sillons ; toutes les 3 sont en granite. (...)

Nous retrouvons encore à Saint-Pierre-Eglise et à Cosqueville, la tradition que les pierres butées de ces communes tournent 3 fois pendant la messe de minuit. 3 pierres érigées, d’après une autre tradition, y portent le nom du mariage des trois princesses ; il parait que ce sont les 2 pierres de Saint-Pierre-Eglise et celle de Cosqueville. les trésors ou la dot de ces princesses sont, dit-on, cachés dans l’espace triangulaire déterminé par les pierres.

 

in Pierre Lefillastre 1833 Annuaire du Département de la Manche

Retour à l'accueil