L’Eglise ruinée de Rideauville, abandonnée en 1792 et dont la flêche s’effondra après une tempête en 1848, abrite une légende effrayante. On attribue parfois cette histoire à la petite chapelle sur le sommet du Mont de Doville. La voici :

 

rideauville-copie-1.jpg

Un prêtre réfractaire, l’abbé Roupsard, décidé à continuer ses fonctions sacerdotales dans son village de Rideauville, proche de St Vaast la Hougue (M), d’était caché dans la vieille demeure de Dur Ecu ; il était assisté dans son ministère par un fidèle garçon, Jean-Pierre, marié à la fille d’un pêcheur et qui lui servait de custôs (bedeau ou sacristain).

Se voyant sur le point d’être arrêté, l’abbé Roupsard dut s’enfuir à Jersey, après avoir fait promettre à Jean-Pierre de s’occuper de l’église et du cimetière. Malheureusement, le jeune homme, de caractère faible et pris dans le tourbillon des évènements, oublia sa promesse.

Un soir de novembre, passant près du cimetière, il vit une forme vague, enveloppée d’un manteau et entendit une voix, qui lui parut familière, lui donner fermement l’ordre de se rendre à l’église à minuit sonnant. Rentré chez lui, bouleversé, Jean-Pierre mit sa femme au courant, disant qu’il avait cru reconnaître la voix de son curé Roupsard. Malgré ses craintes, encouragé par sa femme, il se rendit à l’église à l’heure fixée : il la trouva éclairée, un prêtre était à l’autel, revêtu des ornements sacerdotaux et la tête encapuchonnée.

Emerveillé autant qu’effrayé, Jean-Pierre s’agenouilla et répondit la messe comme il le faisait autrefois, mais au moment de l’élévation, quand le prêtre se retourna, le jeune sacristain affolé vit la face d’un squelette ; il eut à peine la force de répondre aux dernières prières et après l"Ite missa est" il s’enfuit. On le retrouva au petit jour, évanoui devant le portail et quand, revenu à lui, il conta son histoire, on le crut devenu fou. Le soir même, des pêcheurs arrivant de Jersey annoncèrent que, au moment de s’embarquer, ils avaient appris la mort du curé Roupsard, survenue la nuit précédente. Le pauvre Jean-Pierre ne s’en remit pas et mourut peu après, puni bien sévèrement de sa promesse non tenue

 

in René Letenneur "Magie, sorcellerie et fantastique en Normandie" Ocep 1979 p.307 (source Claude Pithois, légendes du Cotentin)

 

Dans la version qui parle du Mont de Doville, on dit que l’homme qui avait répondu la messe avait vu ses cheveux devenir entièrement blancs en l’espace d’une nuit.

Retour à l'accueil