Un cas d’exorcisme au XIXeme siècle dans une petite église de la Hague. Si on trouve quelques cas de possession dans les écrits de l'époque, ils sont quand même plus fréquents les deux siècles précédents.
 
Vasteville.jpg Vers 1800, on procédait, dans l’église de Vasteville (M) à l’exorcisme d’une jeune possédée ; selon le rite, le prêtre commanda au Diable de se retirer, celui-ci refusa, "n’acceptant d’obéir qu’à un homme à la vie irréprochable". On appela un autre prêtre qui, bizarrement se récusa. Un vieux curé se décida et dit la formule. "Je ne t’obéirai pas, dit le Diable, tu n’es pas irréprochable". On fit venir d’autres ecclésiastiques, en vain. On pensa soudain à un tout jeune prêtre, resté sans emploi à cause de son humble origine ; on réussit à le décider et timidement, il vint prononcer les mots rituels. On vit la jeune possédée s’agiter, comme en proie à de vives souffrances, et le démon confessa, par sa bouche, qu’il était forcé d’obéir. Il jeta à terre la jeune fille et s’enfuit avec un grand cri ; en s’échappant, il s’agrippa au linteau de la porte et "... on montra longtemps l’empreinte des cinq doigts diaboliques sur le granit enfumé qui bordait une porte maintenant condamnée..."

 

in René Letenneur "Magie, sorcellerie et fantastique en Normandie" Ocep 1979 p.310 (source Jean Fleury Litterature orale de la Basse-Normandie)

 

 

Retour à l'accueil